Bienvenue
dans le monde de
Swarovski Optik


Des surprises sur la Route de la Soie


EN TRAVERSANT LES PAYS DE L’ANCIENNE ROUTE DE LA SOIE, LE PHOTOGRAPHE ANDRE SCHÖNHERR A REALISE UN REVE D’ENFANT. LA VALEUR QU’ONT AJOUTEE SES JUMELLES A SON VOYAGE N’A ETE QU’UNE SURPRISE PARMI TANT D’AUTRES.

Personnage résolument visuel, le photographe Andre fait défiler les images à la recherche d’une représentation parfaite, qui évoque l’impression de se tenir debout sur un précipice, devant un vaste espace ouvert. Les pays qui bordent l’ancienne Route de la Soie sont légendaires pour leur immensité, mais comment décrire au mieux cette scène ? Il y a sûrement, quelque part sur son smartphone, une image qui vaut mille mots.

Son intention n’a jamais été d’effectuer un voyage classique le long de la Route de la Soie. L’idée a mûri au fil des années et est devenue plus concrète à mesure qu’il a partagé son rêve : d’abord avec son ami d’enfance, qui l’aiderait à acheminer le Land Rover jusqu’en Turquie, puis avec sa compagne, Kathrin, qui l’aiderait à se rendre d’Iran en Mongolie par la voie terrestre.

« Mais en fin de compte, rien n’est vraiment comme vous l’aviez imaginé, » raconte Andre à propos de leur périple. « Pendant ce voyage, ce sont les choses auxquelles nous ne nous attendions pas qui nous ont laissé les impressions les plus durables. »


Andre se souvient tout particulièrement d’une expérience vécue dans la vallée de Wakhan, au Tadjikistan. De l’autre côté de la vallée se trouvait l’Afghanistan. 

«Alors que j’observais, avec mes jumelles, un pays apparemment interdit, je ne pouvais m’empêcher de regarder de plus près, en me demandant si les gens et les lieux de l’autre côté de la vallée étaient vraiment si différents.» 

Les voyages sont une expérience particulièrement visuelle, et les émotions soulignent les expériences ; c’est pourquoi certaines scènes s’ancrent plus profondément en nous : les paysages désertiques, les pics glaciaires lointains et les chevaux broutant dans de vastes plaines ouvertes.


Pour Andre et Kathrin, les jumelles ont ajouté une nouvelle dimension à ces expériences. Alors qu’ils visitaient certaines attractions emblématiques de la Route de la Soie, les jumelles leur ont permis d’étudier de près des éléments architecturaux intéressants et même de prendre des photos, avec un adaptateur spécial et leur smartphone. Soudain, les chameaux, les gazelles et les immenses vautours, les animaux véritablement emblématiques de cette région, sont devenus parfaitement visibles et nets. 



« La sensation d’espace que procurent ces paysages est immense, » dit Andre. « Il est impossible d’escalader tous les sommets ou de traverser un paysage désertique solitaire. Mais avec des jumelles, vous pouvez tout observer de près, révéler les détails cachés et profiter pleinement de tout ce que peut vous offrir un point de vue unique. »

La valeur des jumelles durant leur long voyage a cependant été beaucoup plus personnelle. Les jumelles étaient un moyen de lancer une conversation, de briser la glace. Les bergers avaient eux-mêmes souvent des jumelles, qu’ils utilisaient pour surveiller leurs troupeaux, mais Andre a constaté que prêter ses jumelles permettait de faire graviter la conversation autour d’une chose que deux cultures avaient en commun. Et, à mesure que le voyage se déroulait, l’utilisation des jumelles est devenue de plus en plus naturelle et indispensable. 

« Il est difficile de décrire précisément la valeur que les jumelles ont ajoutée à notre voyage. La différence entre ce que vous pouvez voir et vivre sans elles et avec elles est la même qu’entre une salle de cinéma normale et une salle IMAX. »

Avant leur longue expédition terrestre, Andre n’avait jamais voyagé avec des jumelles. Elles occupaient une niche confortable, dans la console centrale de sa voiture – une habitude héritée de son grand-père, chasseur dans les montagnes du Tyrol. Andre s’en servait pour observer un bouquetin au loin, ou pour suivre l’ascension d’un alpiniste. Au fil du périple, cependant, les jumelles ont migré de la console centrale de la voiture vers le sac à dos, devenant un compagnon indispensable dans les vastes espaces ouverts de l’Asie centrale. 


« Ma compagne et moi nous sommes tellement habitués à les avoir avec nous, » déclare Andre. « Dans la voiture, nous les utilisions pour nous orienter, lorsque nous cherchions un embranchement au loin. Très vite, nous avons commencé à les utiliser tous les jours, pour identifier un objet lointain ou pour prendre une photo à partager avec nos smartphones. Avec les jumelles, vous ne vous demandez pas si vous êtes passé à côté de quelque chose. Au lieu de cela, vous pouvez tout observer de plus près. » 


Andre Schönherr est un photographe de sport commercial et de plein air originaire de la vallée de Stubaital, dans le Tyrol.

Haut de page